Menu
Menu

Nous contacter

01 82 83 51 70 infos@globalis-ms.com

6B rue Auguste Vitu

75015 Paris

Tribune Glob'codeur

Le 22 mai 2017 par Patricia Boh

Une approche de la veille

« Retour

Développeuse PHP et JS chez GLOBALIS, Patricia nous explique sa conception de la veille technologique

En tant qu'informaticiens, notre matière première est la technologie. Or, cette technologie évolue très rapidement à beaucoup de niveaux. Cela se voit dans l'explosion des nouveaux langages de programmation, librairies, architectures et frameworks, au big data et autres objets connectés, ou encore dans les avancées en robotique, réalité virtuelle ou intelligence artificielle. Notre métier fait partie d'un écosystème en constant changement.

Pendant ce temps là, on doit continuer à faire notre travail de façon pragmatique, avec des technologies ayant fait leurs preuves, pour répondre aux besoins des utilisateurs d'aujourd'hui.

Voici une approche pour prendre en main cette technologie, avec des exemples tirés de ma propre expérience.

1. Trouver un sujet qui me tient à coeur

That is the way to learn the most ... when you are doing something with such enjoyment that you don't notice that the time passes

Albert Einstein

La règle d'or sans laquelle une telle démarche n'aurait pas de moteur.

2. Prendre le temps d'apprendre

Tackle small problems first, so that if success smiles and strength increases one may then undertake the great feats of investigation.

Santiago Ramón y Cajal

Globalis une approche de la veille

3. Réviser mes classiques

The long-term value of software to an organization is in direct proportion to the quality of the codebase.

Douglas Crockford

Un framework ne garantissant pas la qualité du code, il m'est vite apparu évident qu'il fallait me replonger dans le vif du sujet. Au delà de garder MDN à mes côtés, j'ai choisi aussi de revisiter quelques fondations théoriques comme la programmation fonctionnelle, (qui permet entre autres d'écrire du code plus modulaire et facile à tester) l'héritage en javascript (pour apprendre à construire des objets en JS sans faire  – trop – de bêtises), ou le scoping. A cela s'ajoutent les nouvelles spécifications du langage, ainsi que des recherches sur les différentes guides de style. Ces efforts me donnent les moyens de faire des choix mieux informés.

4. Partir à l'aventure

For any scientist the real challenge is not to stay within the secure garden of the known but to venture out into the wilds of the unknown.

Marcus du Sautoy

On ne peut pas apprendre sans aller au delà de ce que l'on connaît. Une belle façon de sortir de sa zone de confort, c'est d'aller voir ce qui se passe dans la communauté, en direct.
Depuis mon arrivée chez GLOBALIS, j'ai pu assister à plusieurs conférences qui m'ont ouvert les yeux sur différents aspects du métier. Au WP Tech 2015, j'ai eu la chance de participer à des ateliers avec les auteurs de WP-AppKit, ce qui a été ma première mise en bouche du développement d'applications mobiles. Dans l'édition 2016 de Paris Web, j'ai découvert les superbes meetups de la NodeSchool Paris. Sans prétendre devenir une développeuse node à court terme, ces meetups m'aident à m'améliorer en tant que développeuse JS tout court. De plus, ces événements me permettent de rencontrer des gens d'horizons divers et variés.
Dans un tout autre genre, j'ai réussi à dénicher une invitation gratuite pour la première édition du Dublin Tech Summit en février de cette année en m'inscrivant à leur programme women in tech. Lors de cette conférence axée sur l'innovation, j'ai pu prendre une meilleure conscience non seulement de la vitesse à laquelle évolue l'industrie informatique, mais aussi du vaste impact que celle-ci exerce dans notre société. Cela ne fait pas de mal parfois de prendre un point de vue plus large vis-à-vis du métier que l'on fait. On peut mieux répondre ensuite à la question de pourquoi on le fait.

Article précédent Article suivant