Menu
Menu

Nous contacter

01 82 83 51 70 infos@globalis-ms.com

6B rue Auguste Vitu

75015 Paris

Globalistories

Le 22 mars 2017 par Guillemette de Brebisson

Un landais à Paris

« Retour

Venu de province, David a trouvé un logement à Paris en quelques jours et s'est tout aussi vite intégré au sein de GLOBALIS.

Comment as-tu découvert le métier de développeur et quelles études as-tu suivi ?

Très vite dans ma jeunesse, j’ai été intéressé par tout ce qui est technologie et informatique. En arrivant au lycée, j’ai commencé à me renseigner sur le développement, mais de façon très basique juste pour avoir une vision du métier. Après mon bac S j’ai donc décidé de poursuivre dans cette voie et j’ai fait un DUT informatique en deux ans, puis une licence pro multimédia orientée web suivie d’un stage de 4 mois que j’ai fait dans une petite agence web près de Biarritz.

Après ma licence, j’ai commencé à travailler à Ondres, dans les Landes, au sein du service informatique d’une entreprise française spécialisée dans la vente à l’international de pièces détachées de véhicules 4x4.

Ce fût alors ma première expérience professionnelle. Ma mission consistait à la refonte du site e-commerce (9 millions d’euros de chiffre d’affaire), basé sur d’anciennes technos. Il y avait uniquement une développeuse web au sein du service. La charge de travail était énorme et je me suis donc retrouvé à développer le site sur de nouvelles technos, de manière assez autonome.

Je suis resté deux ans et demi dans cette entreprise et j’ai énormément appris. En sortant de l’école, j’avais forcément très peu d’expérience, et cette « solitude » dans l’entreprise m’a permis de beaucoup progresser en m’auto formant. Mais c’est aussi pour cette raison que j’ai voulu quitter cette entreprise. Le fait de travailler seul est certes enrichissant, mais je ne savais pas vraiment si mes développements et mes choix de technologies étaient de qualité, et personne n’était là pour me reprendre si besoin. Il était donc temps pour moi de changer avant que je prenne de mauvaises habitudes.

"La qualité des projets et le nombre d'offres étaient nettement plus importants à Paris que dans le sud ouest"

Tu as donc grandi en province et plus précisément dans les Landes. Comment s’est déroulée ta recherche de travail et comment as-tu trouvé GLOBALIS ?

Effectivement, je suis né à Mont de Marsan et j’ai grandi dans cette région.

J’ai d’abord refait mon CV pour l’envoyer à un ami qui travaillait à Miami et qui recherchait un développeur français. J’ai eu deux entretiens par Skype mais je n’ai finalement pas été retenu. Mais cet entretien a été le déclic pour ma recherche d’emploi : mon CV était refait, j’avais envie de bouger et de voir autre chose, j’ai donc commencé à postuler !

J’ai d’abord postulé à Bordeaux pour rester dans ma région, mais ayant quelques amis à Paris (qui m’ont assez motivé), je me suis dit que c’était le moment ou jamais d’y aller et j’en ai profité pour y postuler. J’ai d’ailleurs trouvé que la qualité des projets (en raison d’une clientèle plus importante et plus variée) et le nombre d’offres étaient nettement plus importants que dans le sud ouest.

Avant de trouver GLOBALIS je n’ai pas eu besoin de beaucoup postuler (2 ou 3 entreprises uniquement), j’avais très vite des entretiens.

C’est en allant sur des forums que j’ai entendu parlé de GLOBALIS. Je suis donc allé sur le site et ça correspondait à ce que je voulais: utilisation du framework codeigniter (celui que j’utilisais dans mon ancienne entreprise) ; je cherchais aussi à diversifier les projets et être dans une équipe de développeurs. GLOBALIS m’a donc paru bien par rapport à ce que je visais professionnellement parlant. J’ai donc postulé en candidature spontanée, j’ai passé deux entretiens et j’ai été pris !

David, un landais chez Globalis

GLOBALIS FAIT APPEL À UNE ENTREPRISE À LA "STEPHANE PLAZZA" QUI S'OCCUPE DE TROUVER UN LOGEMENT AUX SALARIÉS VENANT DE PROVINCE. SUPER EFFICACE !!

Ton arrivée à Paris s’est-elle bien passée et as-tu trouvé un logement rapidement ?

Je ne connaissais pas du tout Paris, mais je n’avais aucune appréhension. Ce qui me plaît le plus c’est d’avoir plein de choses à y faire. Le sud ouest est une très belle région, on a la plage et les montagnes pas loin, mais la vie parisienne n’a rien à voir. J’ai eu l’occasion de découvrir d’autres avantages, comme la facilité d’accès à d’autres pays par exemple (Londres, Belgique, Luxembourg) ! J’adore découvrir de nouvelles choses et Paris est très pratique pour ça !

A mon arrivée, j’ai été logé chez un ami le temps de trouver un logement. C’est GLOBALIS qui m’a aidé à trouver mon appartement. Ils font appel à une entreprise à la « Stéphane Plazza » qui s’occupe de trouver des logements aux salariés qui viennent de province. Super efficace !!

Le lundi, j’envoyais mon formulaire de recherche d’appartement indiquant ce que je souhaitais précisément (surface, budget, quartier, parking, meublé ou non, …), et le vendredi, je visitais 8 appartements ! C’était génial, j’ai visité les appartements avec l’aide de mon interlocutrice, et à la fin de la journée j’ai juste eu à dire lequel je voulais. Elle s’est occupée du reste (papiers administratifs, rdv état des lieux…). La semaine suivante j’avais les clés ! Mon installation a été rapide et simple !

Quelles sont tes missions chez GLOBALIS et sur quelles technos travailles-tu ?

Quand je suis arrivé, j’ai commencé à travailler sur le pôle TMA (tierce maintenance applicative) ce qui m’a permis de toucher à plusieurs technos, et c’est d’ailleurs ce que je recherchais à la base. J’ai donc travaillé sur plusieurs projets à courts termes et ainsi beaucoup appris."'avais une assez mauvaise image de WordPress, mais j'ai vite changé d'avis"

J'AVAIS UNE ASSEZ MAUVAISE IMAGE DE WORDPRESS, MAIS J'AI VITE CHANGÉ D'AVIS

Ensuite, j’ai rapidement été rattaché au pôle WordPress. Bizarrement j’avais une assez mauvaise image de WordPress, mais j’ai très vite changé d’avis en découvrant les projets sur lesquels l’équipe travaille : les projets sont bons, biens réfléchis et bien construits de A à Z. Maintenant, j’apprécie de travailler sur WordPress et j’apprends encore des choses tous les jours.

Pour l’instant, WordPress me va très bien et je suis content de travailler sur cet outil. Je travaille essentiellement avec Pierre sur le côté backend de WordPress, et deux intégrateurs s'occupent du front.

Mais je reste ouvert aux autres technos, plus j’apprends plus je suis satisfait !

Concernant la régie, je suis moyennement intéressé. Éventuellement sur des courtes missions d’une ou deux semaines pour voir comment ça se passe mais je préfère être sur le plateau, il y a une bonne ambiance !

Cela fait donc moins d’un an que je travaille chez GLOBALIS, j’en suis plutôt content, mis à part les blagues de mes camarades sur mon bel accent du sud !! (Rire).

Comment as-tu trouvé l’ambiance en arrivant ?

J’ai été plutôt surpris, agréablement. Quand j’ai passé mon entretien tout le monde était très calme, très sérieux, l’ambiance semblait « froide »… J’ai dû passer au mauvais moment de la journée ! (Rire).

Et en fait quand j’ai fait mes premiers jours chez GLOBALIS cela n’avait rien a voir : tout le monde s’entend bien, les collègues sont sympas et l’ambiance de travail est très bonne. Entre midi et deux, on va faire du sport en petit groupe et on s’organise quelques sorties le soir, et même un weekend prolongé au ski cette année !

Bref, l’ambiance est bonne.

Depart ski

As-tu des passions/loisirs ?

Avant d’arriver à Paris, je pratiquais plusieurs sports (de plein air !) : beaucoup de surf, étant donné ma position géographique, j’allais voir les vagues matin, midi et soir même les jours de boulot ! Je faisais également du ski et du basket en club, avec les copains. Tout ça pour dire que lors de mon arrivée à Paris, j’ai dû faire pas mal de sacrifices.

Et en effet j’ai pu trouver d’autres loisirs assez facilement : spectacle, concert, voyage, expos, (bar) … j’ai de quoi faire ! Mais quoi qu’il arrive je ne peux pas m’empêcher de faire du sport, du coup je vais, comme tous les parisiens sportifs, dans une salle de sport !

Comment vois-tu le web dans 10 ans et où te vois-tu ?

C’est très difficile à dire parce que ça évolue extrêmement vite. Il y a des nouvelles technos qui sortent tous les jours ce qui est un peu dur à suivre, c’est pour cette raison qu’il est difficile de se projeter.

D’un point de vu personnel, je vis au jour le jour, et depuis que je suis à Paris, j’ai lancé mon activité d’auto entrepreneur dans le domaine du développement web. Peut-être que plus tard, je pourrai me lancer dans un projet avec des amis, mais pour cela, je dois continuer à évoluer et gagner en expérience.

Article précédent Article suivant