Menu
Menu

Nous contacter

01 82 83 51 70 infos@globalis-ms.com

6B rue Auguste Vitu

75015 Paris

Globalistories

Le 3 juin 2016 par Guillemette de Brebisson

Lucas, au service des gamers

« Retour

Lucas Delcroix

Qu’as-tu fait comme études pour devenir développeur ?

Je suis originaire de Poitiers et j’ai validé mon diplôme d’ingénieur en informatique à l’école Polytech Tours.

Très intéressé par le management, j’ai ensuite validé un diplôme en management et organisation d’entreprise via l’IAE (Institut d’administration des entreprises de Tours). Pendant mes études, j’ai créé une SARL avec des amis dans le domaine des jeux vidéo. Elle n’existe malheureusement plus du fait que mes amis et moi avons tous suivi des chemins différents, ce qui rendait la gestion de cette entreprise plus difficile.

« Le PHP est ma marque de fabrique »

Comment es-tu arrivé chez GLOBALIS ?

GLOBALIS est ma première expérience professionnelle. Ils m’ont contacté après que j’ai déposé mon CV sur différentes plateformes de recrutement. Ce qui m’a tout de suite intéressé est le côté dynamique, très orienté web et focalisé sur PHP. Faisant du PHP depuis 2007, c’était un peu ma marque de fabrique.

Tu es donc arrivé début 2015 chez GLOBALIS, comment ton intégration s’est-elle passée ?

J’ai d’abord commencé par trois semaines sur le plateau au pôle TMA tout en suivant la formation que tout développeur suit en arrivant chez GLOBALIS. Puis je suis parti en mission chez Owlient (studio de développement Ubisoft spécialisé dans les jeux Free-to-play).

« Travailler sur Laravel m’a permis d’acquérir de nouvelles compétences »

Le travail en clientèle plutôt que dans les murs de GLOBALIS t’a-t-il posé problème ?

Absolument pas. Je n’ai pas de préférence entre régie ou plateau à partir du moment où le projet et les techniques utilisées m’intéressent.

Quand je suis arrivé chez Owlient, ils utilisaient un Framework interne sur lequel j’ai pu monter en puissance. Puis l’arrivée de leur nouveau jeu m’a permis de travailler sur le framework Laravel, bien plus récent ce qui m’a permis d’acquérir de nouvelles compétences.

De plus, Owlient est une entreprise qui travaille avec de très gros volumes de données car des millions de joueurs se connectent chaque mois, ce qui oblige à faire un travail bien fait et à toujours faire mieux.

« un très grand nombre de joueurs est attendu dès le premier jour, on ne peut pas laisser passer la moindre erreur »

Quelles sont tes missions chez Owlient ?

Je travaille dans une équipe de cinq personnes (deux développeurs confirmés, deux développeurs juniors et un chef de projet).

Nous sommes en charge du maintien du framework interne, on y apporte des nouveautés et corrige des bugs, mais nous sommes également chargés de l’expertise car nous sommes garants de la bonne qualité et la performance du code. C’est pour cela que nous vérifions et passons en revue les codes des autres équipes.

En plus de ces missions, je m’occupe du dimensionnement de serveurs. Pour le prochain jeu, Owlient prévoit un très grand nombre de joueurs le premier jour. Il faut donc estimer le nombre de serveurs qu’il faudra utiliser et prévoir une architecture suffisante pour que le jeu ne présente aucune faille et notamment aucune lenteur. Le démarrage d’un jeu étant très important, on ne peut donc pas laisser passer la moindre erreur.

Il y a également des projets intéressants à venir : jusqu’à présent, l’équipe de chaque jeu développait la partie serveur du jeu. A l’avenir, notre équipe en prendra la charge ce qui permettra de garantir un travail bien fait car nous sommes plus spécialisés dans ce domaine que les équipes des jeux.

L’autre gros projet à venir est la refonte de l’outil interne qui nous permet de tout centraliser, surveiller les jeux, planifier des opérations commerciales, faire de la traduction, faire le relais avec des agences de traduction, voir si il y a eu des impacts sur les joueurs…

Le fait que tu sois en régie t’empêche d’être en contact avec les équipes GLOBALIS. Comment fais-tu pour garder un lien ?

Je vais régulièrement sur notre réseau social interne. Même si je ne suis pas très actif, cela me permet de voir ce qu’il se passe et de suivre les projets en cours. Dany, le business Manager en charge de l’assistance technique garde également un contact régulier avec moi via des appels téléphoniques et des déjeuners de temps en temps.

« Mes loisirs sont mon travail »

Dans ta vie personnelle, as-tu des loisirs en particulier ?

Je suis très investi dans l’organisation d’événements en travaillant sur deux projets :

  • D’un côté je gère une association (http://imagin-con.org/) qui organise notamment des événements autour de la culture de l’imaginaire (comme la Japan Party qui accueille 3 000 visiteurs par an environ) et la culture des jeunes (YouTubeurs, geeks, jeux vidéo…). J’ai monté cette association avec des amis pour répondre à une passion commune.
  • De l’autre nous avons créé une entreprise (https://iota.mu/) pour faire de l’événementiel destiné aux professionnels. Cette entreprise nous permet de faire ce que nous aimons tout en touchant une clientèle plus large que celle de notre association.

On peut dire que mes loisirs sont le travail !

Où te vois-tu dans 5 ou 7 ans ?

C’est un peu tôt pour le dire. Pour l’instant j’apprécie ma montée en expertise et en compétence sans forcément me voir expert. Au départ je voulais faire de l’encadrement de projets mais je le fais déjà au travers de mon association et de mon entreprise d’événementiel.

Le fait de travailler dans une agence telle que GLOBALIS est un excellent tremplin pour pour mon expérience professionnelle. C’est une opportunité qui me permet de travailler dans un secteur qui m'intéresse qui m’a permis de monter en compétence très rapidement.

Article précédent Article suivant