Menu
Menu

Nous contacter

01 82 83 51 70 infos@globalis-ms.com

6B rue Auguste Vitu

75015 Paris

Globalistories

Le 5 janvier 2021 par Frédéric HOVART

Julien « ça me plaît d’être prof en école d’ingé »

« Retour

" J’ai commencé à intervenir dans des écoles différentes en accompagnant un autre salarié de Globalis. La méthode agile, c’était déjà mon sujet, et ça continue 10 ans après

Julien Globalis

Parallèlement, j’encadrais des alternants de Paris 5 Descartes, dont je suis diplômé. Puis j’ai rejoint l’équipe de l’Etna pour apporter de la méthode aux projets des étudiants et les accompagner. Mon expertise intéressait l‘école pour gagner en pertinence.

J’ai abordé ces premières interventions en tant que prof comme une expérience. Pour voir si quelque chose me plaît, j’aime bien tester. Ça m’a plu !

J’ai constaté qu’enseigner me permet d’observer les futures générations, de bien les comprendre quand ils intègrent notre équipe. Je prends la température en quelque sorte, je ne veux pas rester en autarcie. Et même si je m’interdis toute réflexion “de vieux con” du style ”c’était mieux avant”, j’essaie de leur faire prendre conscience de la réalité de l’entreprise. Par exemple, de la manière de parler face aux clients, des postes qui existent.

La méthode agile c’est mon travail au quotidien, c’est un sujet sur lequel j’ai écrit un livre et je me sens légitime à l’enseigner. Pour contourner ce qu’il peut y avoir de rébarbatif, je montre ce qu’il a d’essentiel à travers mon expérience et des exemples.

Aujourd’hui, j’interviens dans plusieurs écoles, par exemple dans un jury de fin d’année sur les projets tutorés de 20 à 30 élèves. Je suis impressionné par le niveau quasi pro qu’ils acquièrent en 3 ans et par leur capacité à produire des réalisations qui peuvent devenir des projets de startup ».

«La méthode agile, c’est mon taff au quotidien, c’est le sujet sur lequel je suis légitime

Je trouve qu’il est vraiment bien plus compliqué de travailler avec des étudiants qu’avec des salariés. Leurs parcours et leurs centres d’intérêt sont tellement hétérogènes. Et ils ne choisissent pas leurs cours, il faut les intéresser ! Je le prends comme un challenge, je dois faire l’effort d’avoir du recul.

Les sujets préférés de Julien, Directeur de Production chez Globalis :

  • « Scrum, no bullshit »
  • La gestion de projets
  • Les grands projets d'école


Question à Frédéric Hovart, associé fondateur de Globalis

Avec le recul, quel regard portez-vous sur l’engagement de Globalis auprès des écoles ?

Nous avons une expérience importante du recrutement mais aussi du suivi d'étudiants de Master en alternance. Le décalage qui peut exister entre ce qui est enseigné et la réalité du marché du web nous a toujours frappés. Nous avons eu envie d’aller dans les écoles expliquer les projets, les clients, les technos, les méthodes. Expliquer également les bons côtés d'une ESN à Paris. Cette démarche est en cohérence avec ce que nous avons toujours fait : partager notre passion et notre savoir-faire en publiant des livres, des articles, du code. C’est idéal aussi pour démarrer des collaborations sur de bonnes bases avec de futurs développeurs web.

Article précédent Article suivant