Menu
Menu

Nous contacter

01 82 83 51 70 infos@globalis-ms.com

6B rue Auguste Vitu

75015 Paris

Globalistories

Le 15 décembre 2020 par Frédéric HOVART

Sylvain « être coach technique d’étudiants, c’est hyper motivant »

« Retour

"J’étais le tuteur d’alternance de Théo chez Globalis quand son école m’a proposé d’être coach technique pour des projets étudiants. Ça m’a intéressé de pouvoir intervenir auprès d’étudiants, j’étais motivé !

Motivé par le complément de salaire et les facilités proposées par Globalis, qui donne 5 jours par an pour ça et permet de compléter sur son temps perso. Mais j’étais surtout motivé par le fait d’être utile aux étudiants.

Je suis passé moi aussi par une école en alternance et j’ai vu quel peut être l’apport de profs issus du monde professionnel, loin des notions conceptuelles et d’une vision trop formatée. Il faut confronter les futurs développeurs à la réalité des projets dès l’école. Et je pense que tous les aspects comptent. Par exemple, je ne vais pas “saquer” un élève sous prétexte qu’un projet n’aurait pas abouti dans le moule du prof. Je veux les mettre au plus près de ce qu’on vit professionnellement, où tout n’avance pas de façon linéaire, où on a parfois besoin de se tromper.

J’essaie d’avoir un lien proche avec les étudiants, de maintenir les échanges via Linkedin par exemple. Évidemment, le Covid ne facilite pas, mais j’intervenais déjà à distance avant. Ça me permet de continuer à élargir moi aussi mon réseau !


« Je veux mettre les étudiants au plus près de ce qu’on vit professionnellement, où tout n’avance pas de façon linéaire, où on a parfois besoin de se tromper »

J’interviens chaque année sur 2 ou 3 sujets. J’aime particulièrement accompagner les grands projets que les étudiants mènent sur leurs 2 ans de master : une appli web, de la réalité augmentée ou tout projet avec un programme informatique. L’année 1, ils créent le POC, l’année 2, le projet est terminé et, surtout, doit être vendable ! J’ai le rôle de coach technique, je dois aider au choix techno et m’assurer que celle-ci a un sens, poser des axes de réflexion et des objectifs, orienter jusque dans le développement du code, identifier les points de blocage… On est toute une équipe, dont plusieurs de Globalis. C’est une chance de pouvoir faire de la veille et d’aller explorer une panoplie large de techno qu’on n’utilise pas forcément chez Globalis, de la réalité augmentée aux jeux vidéo. C’est très enrichissant pour nous aussi. "

Les sujets préférés de Sylvain, lead développeur chez Globalis :

  • La gestion de projets
  • Accompagnement des profils juniors
  • Les grands projets d'école


Question à Frédéric Hovart, associé fondateur de Globalis

Avec le recul, quel regard portez-vous sur l’engagement de Globalis auprès des écoles ?

Nous avons une expérience importante du recrutement mais aussi du suivi d'étudiants de Master en alternance. Le décalage qui peut exister entre ce qui est enseigné et la réalité du marché du web nous a toujours frappés. Nous avons eu envie d’aller dans les écoles expliquer les projets, les clients, les technos, les méthodes. Expliquer également les bons côtés d'une ESN à Paris. Cette démarche est en cohérence avec ce que nous avons toujours fait : partager notre passion et notre savoir-faire en publiant des livres, des articles, du code. C’est idéal aussi pour démarrer des collaborations sur de bonnes bases avec de futurs développeurs web.

Article précédent Article suivant