Menu
Menu

Nous contacter

01 82 83 51 70 infos@globalis-ms.com

6B rue Auguste Vitu

75015 Paris

Globalistories

Le 8 décembre 2020 par Frédéric HOVART

Moi, Théo, intervenant professionnel à l’Etna

« Retour

En tant qu’ancien de l’école Etna, j’ai beaucoup reçu pendant mes études en alternance dans cette école spécialisée dans les technologies numériques. Depuis 2 ans que je suis en poste chez Globalis, j’ai voulu m’impliquer auprès des étudiants, donner à mon tour ce que j’ai reçu !

Théo, développeur et enseignant

Je suis donc devenu référent technique sur les projets de fin d’études des Master 1 et 2. Je suis 7 groupes de 2 à 8 personnes. J’interviens aussi 5 jours par an en présentiel, hors Covid bien sûr, sur des sujets que j’ai choisis. Sur la méthode agile, par exemple. J’avais envie de monter en compétences sur ce sujet. Intervenir à l’école, c’est une façon de m’assurer de mon niveau, de me prouver que je suis légitime là-dessus chez Globalis.

J’essaie aussi de transmettre ce qui m’a manqué en tant qu’étudiant : je veux donner une image à la fois rigoureuse et sympa du monde professionnel. Il est très important pour moi de m’adresser aux étudiants comme à des professionnels, pour les aider à se projeter. Par exemple, une deadline est une deadline, il faut apprendre à la respecter.

C’est vraiment drôle de passer de l’autre côté, d’entendre les étudiants nous baratiner. Je ne suis pas vraiment dupe ! Mon âge n’est pas un problème, j’instaure une relation simple, honnête, professionnelle.

Bien sûr, ça ne marcherait pas si je n’étais pas motivé et organisé. Au début, c’était un peu stressant, notamment les cours de PHP en amphi. Et puis j’ai eu des retours positifs. Jusqu’au jour où un groupe s’est mis à faire des holas quand j’arrivais en cours. C’est sûr, en visio c’est moins convivial !


« Dans le monde pro, il n’y a pas que les startups et les boîtes aux salaires attractifs, qui proposent des technologies et des postes éphémères ! »

L’expérience est d’autant plus géniale que mes interventions sont rémunérées par l’école en complément de mon salaire chez Globalis. Les cours à distance sont le soir, en dehors de mon temps de travail, mais lorsque c’est en présentiel, Globalis aménage mon planning. C’est très motivant et je me sens aussi ambassadeur de Globalis. J’y ai démarré en tant qu’alternant et mon rôle est aussi d'éclairer les étudiants sur la réalité du monde pro. Il n’y a pas que les startups et les boîtes aux salaires attractifs mais dont les technologies et les postes sont éphémères ! Une structure comme Globalis peut paraître moins sexy sur le papier mais on peut y construire un parcours. Plein d’entreprises m’avaient démarché et j’ai fait ce choix.

Les sujets préférés de Théo, développeur confirmé chez Globalis :



Question à Frédéric Hovart, associé fondateur de Globalis

Avec le recul, quel regard portez-vous sur l’engagement de Globalis auprès des écoles ?

Nous avons une expérience importante du recrutement mais aussi du suivi d'étudiants de Master en alternance. Le décalage qui peut exister entre ce qui est enseigné et la réalité du marché du web nous a toujours frappés. Nous avons eu envie d’aller dans les écoles expliquer les projets, les clients, les technos, les méthodes. Expliquer également les bons côtés d'une ESN à Paris. Cette démarche est en cohérence avec ce que nous avons toujours fait : partager notre passion et notre savoir-faire en publiant des livres, des articles, du code. C’est idéal aussi pour démarrer des collaborations sur de bonnes bases avec de futurs développeurs web.

Article précédent Article suivant