Menu
Menu

Nous contacter

01 82 83 51 70 infos@globalis-ms.com

6B rue Auguste Vitu

75015 Paris

Globalistories

Le 5 février 2020 par Frédéric HOVART

Bien dans mon poste
LES DÉBUTS DE GAUTHIER

« Retour

La première impression doit être la bonne quand on arrive dans une nouvelle entreprise ! Junior ou expérimenté, on apprécie d’être attendu, accueilli, entouré. Suite de notre série « Bien dans mon poste », Gauthier raconte sa prise de poste en tant que Glob’codeur.


Je suis arrivé chez Globalis après mon stage de fin d’études. C’était dans une startup, j’étais le seul dev pour gérer le développement de la plateforme web. J’avais clairement conscience de ne pas travailler avec des gens qui savent faire, ni dans les règles de l’art. Ce n’est pas évident pour mettre en application ce qu’on a appris quand on sort de l’école.

Le 1er jour chez Globalis, avec la découverte de la boîte, l’installation à mon poste, j’ai pu voir que le cadre de travail était sain, l’équipe structurée avec chacun sa partie, des méthodes de travail, des gens sympas, c’était au-delà de ce que j’attendais ! Moins de 2 semaines après mon arrivée, c’était la soirée Beaujolais nouveau. J’ai créé d’autres liens, découvert d’autres personnes, on est juste collègues, sans l’idée de hiérarchie.

"Je me suis senti entouré de gens qui m’aident dans mon travail"
Gauthier, développeur chez Globalis

Depuis le début, je me suis senti entouré de gens qui m’aident dans mon travail. La formation donnée par Armel nous a mis dans le bain, moi et un autre dev. Il y avait des piqûres de rappel de nos études et des choses nouvelles, plus ciblées sur ce qu’on allait être amenés à faire, sur certains frameworks… Pour moi, il n’y a pas eu de point compliqué, rien de bloquant, ça m'a mis en confiance, je savais que j’étais capable de faire ce qui était attendu sans stress, ni pression. J’ai commencé à faire du développement directement pour un projet important, on m’a fait confiance dès le début et le lead dev vérifiait mon travail. Ça a fonctionné, c’était flatteur.


Le mot d'Armel Fauveau, directeur associé

Armel Fauveau, directeur associé de Globalis

Beaucoup de jeunes dev apprennent vraiment à coder en arrivant chez Globalis. C’est tellement différent de ce qui est enseigné dans bien des formations ! Nous sommes très exigeants sur l’intégration des candidats : nous voulons réussir cette étape, pour eux et pour nous.

Travailler tous ensemble sur des connaissances et des compétences partagées est un accélérateur à la fois pour les projets et pour le développement professionnel des équipes. Notre philosophie à nous, c'est l'excellence de ce que nous délivrons et l'épanouissement de chacun.


Quand on arrive chez Globalis…

  • Le « parrain » accueille le futur Glob’codeur : le nouveau dev, chef de projet, ou manager de Globalis. De même niveau hiérarchique, le parrain facilite la découverte : rencontre avec toute l’équipe, réponses pratiques et logistiques, bonnes adresses, déjeuner… Quelques jours avant, plein d’infos utiles sont envoyées par mail.

  • Sur le bureau, un ordi neuf avec tous les outils (messagerie, suivi d’activité, reporting…). Et la mascotte de Globalis en cadeau de bienvenue !

  • Le « tuteur » est chargé de l’encadrement jusqu’à la fin de la période d’essai : un point de quelques minutes tous les jours, un point de 10 à 20 minutes chaque fin de semaine, mails de suivi aux dirigeants.

  • Frédéric, directeur associé, présente Globalis, les premiers objectifs et les étapes d’intégration. Les 3-4 premiers mois, une information régulière sur les avantages des salariés (adhésion au CE, PEE, cooptation et primes…) suit par mail.

  • Tout le monde participe à la réunion de kick off du lundi matin.

  • Un 1er projet-test démarre dès l’après-midi : mise en condition réelle avec un cahier des charges, carte blanche sur le moyen de le réaliser en quelques jours et mise en situation de clientèle pour la restitution. Ce projet complète les tests de pré-recrutement et permet de faire le tour des acquis.

  • La formation démarre avec Armel, directeur associé, 30 minutes à 1h30 chaque jour pendant au moins 2 semaines : on s’appuie sur le projet-test et on reprend les bases du web dev pensé pour aujourd’hui.

  • Pour les « non dev » les 2 premières semaines sont l’occasion de rendez-vous découverte informels avec les dev.

  • Les lead dev et le chef de projet technique prennent le relais la 3ème semaine : chacun délivre une formation de quelques heures sur un sujet spécifique (outil, méthodo ou dev), avec exercice pratique pendant 1 à 2 jours, puis débrief.

  • Si tous les voyants sont au vert, le go est donné pour démarrer la prod, souvent en TMA pour corriger de petits bugs. La montée en puissance et le reporting sont progressifs jusqu’à ce que le Glob’codeur soit confirmé dans son poste.

Article précédent Article suivant