Menu
Menu

Nous contacter

01 82 83 51 70 infos@globalis-ms.com

6B rue Auguste Vitu

75015 Paris

Globalistories

Le 7 novembre 2019 par Frédéric HOVART

3 conseils pour bien choisir son nouveau poste en ESN

« Retour

Vous êtes développeur ou chef de projet confirmé(e). Après une première expérience de 2 ou 3 ans, comment être sûr(e) de bien orienter vos recherches et vos candidatures ? Voici quelques pistes et l’avis de Johanna, en charge du recrutement chez Globalis.


1 - Postuler, c'est matcher

C’est vous qui décidez… Vous voulez pouvoir faire, les yeux fermés, ce que vous avez déjà fait ailleurs et que vous maîtrisez parfaitement ? Vous cherchez l’équipe qui vous fera franchir un pallier ou perfectionner vos méthodes ? Vous êtes un adepte du travail en équipe ou préférez travailler en solo ? Ces questions peuvent vous aider à cibler votre candidature, à l’orienter vers le  poste que vous voulez vraiment.

Retenez une seule chose : une candidature est plus efficace si elle met en évidence vos aspirations et ambitions . Mettez-vous à la place du recruteur : il consacre quelques secondes à chaque candidature. Si un poste vous intéresse et vous correspond parfaitement, il vaut mieux soigner votre CV (laissez tomber la lettre de motivation). 

Dans votre CV quelques règles sont donc à prendre en compte :

  • évitez de vous attarder sur vos expériences sans lien avec le poste, 
  • valorisez votre parcours et vos envies, selon ce qui matche le plus avec le profil.

 Bref, faites ressortir vos atouts au risque de voir votre CV noyé dans la masse des candidatures. N'hésitez pas à le faire relire avant de l'envoyer, un regard extérieur est toujours utile.

L'avis de Johanna« C’est évident, je m’appuie sur les compétences techniques et les expériences des candidats. Je les encourage toujours à décrire aussi leurs projets personnels : les projets d’étude, ce qu’ils ont envie de faire, les “side projects”. De plus en plus le font en proposant des liens  vers leur GitHub : une démarche intéressante car nous cherchons des gens qui viennent chez Globalis pour apprendre, produire mais aussi partager ! ».

2 - Se fier aux premières impressions

C’est toujours pareil, la première impression en dit beaucoup : pour vous et pour le recruteur, bien sûr. Pensez que si votre CV a retenu son attention, votre interlocuteur a besoin de creuser votre parcours, de comprendre vos missions précédentes.

Autant vous pouvez récupérer beaucoup d’infos sur une entreprise, en allant sur son site internet et sur les réseaux, autant l’entreprise a tout à découvrir de vous. Elle a besoin de préciser votre profil et ce qui vous distingue.

D’où l’importance du premier contact, même par téléphone. Entraînez-vous à présenter votre parcours pour ne rien oublier et être plus à l'aise. Montrez votre curiosité et votre connaissance de l’entreprise et du poste. Montrez votre connaissance des technos que vous utilisez : là encore, préparez-vous en faisant de la veille, pour pouvoir parler des dernières avancées sur les technos de votre futur employeur. Les premiers contacts que vous aurez avec l’entreprise seront un signe fort pour vous aussi.

Pensez enfin que venir avec des notes et prendre des notes en entretien est considéré comme une preuve de sérieux et de motivation de votre part. Et ça peut être très utile pour préparer l’entretien suivant.

Il n'y a pas de mystère, si vous correspondez au profil recherché, que vous avez les compétences pour le poste, que vous avez soigné la prise de contact et que vous assurez les entretiens : vous avez toutes les cartes pour réussir.

L’avis de Johanna « Nous menons les entretiens téléphoniques en 10 à 20 minutes avec sérieux car nous travaillons à partir des besoins formulés directement par les équipes. Qu’il s’agisse de postes sur le plateau ou de missions chez les clients, les demandes sont parfaitement identifiées et qualifiées. Nous sommes attentifs aussi à transmettre l’esprit de Globalis. Alors forcément, on attend du candidat qu’il se positionne par rapport à la fiche de poste, qu’il puisse parler de ses expériences, traduire leur complexité. Pour nous, un bon développeur s’insère dans un projet global et en maîtrise la finalité. Si nous ne poursuivons pas avec le candidat, nous apportons toujours une réponse, parfois nous prenons le temps de le conseiller ».

3 - Avoir envie de revenir

Quand vient l’entretien en face à face, ce n’est pas tant le fait qu’il y ait un baby-foot ou pas qui révèle l’esprit de l’entreprise. Mieux vaut vous intéresser à la qualité sincère de l’accueil, à l’attention réelle qui vous est portée : vous laisse-t-on exprimer ce qui vous motive, ce que vous aimez, ce dont vous avez envie dans votre nouveau poste ? S’intéresse-t-on de près à votre savoir-faire, aux projets que vous avez menés et à vos capacités ? Vous présente-t-on les projets confiés aux équipes, les perspectives dans l’entreprise ? Si vous ressortez en ayant coché ces cases, c’est un bon début. Cela vous donnera peut-être envie de revenir.

Entrer dans une nouvelle entreprise, c’est un peu comme choisir son nouveau cadre de vie : on a besoin de se sentir à l’aise dans son environnement et avec son entourage, de se dire qu’on y trouvera quelque chose de plus que ce qu’on a connu avant.   

Parfois, l’entretien n’est pas concluant. Mais peut-être aurez la possibilité de postuler à nouveau plus tard, car chacun évolue. Un refus n'est donc pas forcément définitif ! Le feed-back du recruteur aide à y voir clair et restez en bon terme avec les entreprises avec lesquelles vous avez eu un entretien.

Johanna, chargée de recrutement

L'avis de Johanna « Plus qu’une ESN, Globalis est un “atelier de technologies”. Nous sommes des passionnés de techno et les entretiens de recrutement sont une vraie rencontre entre le candidat et nous. On commence par un test maison en ligne de 30 minutes (culture générale, logique, technique), puis l’entretien proprement dit nous sert, en à 20 à 30 minutes, à évaluer les qualités humaines du candidat. Le fait d’avoir préparé un discours clair et concis, si besoin avec des notes préparées, fait clairement la différence ! Puis le candidat passe du temps avec Armel Fauveau, le cofondateur et CTO. Une toute petite minorité franchira cette étape, mais quand ça marche, on est tous très impatients de travailler ensemble ! »

Parcours de Glob'codeurs

Les postes auxquels Globalis recrute le plus sont ceux de développeur PHP, de développeur JS, d’architecte, de chef de projet et de product owner.

Qu’il soit en CDI, salarié en portage, alternant ou stagiaire, chacun bénéficie d’un programme d’intégration et de formations internes en continu.

Son évolution est guidée par son développement professionnel et ses envies personnelles. Les freelances et les sous-traitants sont également associés aux réflexions d’équipe.

Chiffres en exergue

100

C’est le nombre moyen de candidatures traitées chaque jour chez Globalis. Dommage, 80% ne correspondent en rien aux fiches de poste et sont immédiatement écartées !

20

Notre objectif de recrutement en 2020.

84,2%

C’est la proportion de Glob’codeurs qui pensent avoir passé un cap chez Globalis : technique, méthodologie, compétences, etc. (sondage interne et anonyme, 2018).

Top !

  • Etre précis sur sa formation et son expérience, mais synthétique et donner envie.
  • Pour chaque expérience, décrire les technos utilisées, l'objet du développement, l'équipe et le rôle dans l'équipe.
  • Soigner la présentation: on préfère les CVs aérés.
  • Le format PDF, optimal pour notre CVthèque.
  • Un bon CV va de pair avec un comportement respectueux: être à l'heure au RDV (ou prévenir), avoir une tenue confortable mais pas négligée...

Flop !

  • Ne pas citer le nom des entreprises précédentes, les dates de sa formation, le nom de l'école...
  • Un CV sur 10 pages. Oui, ça arrive ! Mieux vaut se limiter à 2 ou 3.
  • La liste des hobbies : finalement, on préfère savoir quels sont vos traits de personnalité.
  • Pas de 06 sur la page.
  • Un CV sur en-tête de l'employeur actuel ambigu et pas respectueux de l'employeur.
  • Envoyer plusieurs fois son CV ! A part créer un automatisme dans le cerveau du recruteur (j'ai déjà vu cette candidature), ça n'a pas d'intérêt. Si le CV est pertinent pour le poste, un seul envoi suffit.
Article précédent